Tags

,

Jusqu’à maintenant, les projets sur lesquels j’ai été amené à travailler ont été des projets au forfait à forte teneur en industrialisation qui ne mettaient pas en œuvre de méthodes agiles. Je ressens cela comme un manque. A fortiori parce que je suis convaincu de l’intérêt des méthodes agiles depuis un moment mais je n’ai tout simplement pas encore eu le temps de m’y pencher. J’ai donc décidé récemment de m’y mettre sérieusement.

Le déclencheur a été le JavaCampParis 4 organisé dans les locaux de Google à Opéra. Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est un Barcamp, Nicolas Martignole explique avec beaucoup d’humour son fonctionnement sur son blog.

Cédric chez Google ;)

Cédric chez Google au JavaCamp 4 après que beaucoup soient partis 😉

Lors de ce Barcamp, deux sessions m’ont particulièrement marqué. Le sujet de la première était le MDSD, l’un de mes sujets de prédilection, sujet sur lequel j’aurai l’occasion de revenir très prochainement. J’ai pris grand plaisir à participer à son animation, en particulier parce qu’il y avait des agilistes présents pour confronter leur approche au model-driven. La seconde traitait de TDD, d’eXtreme Programming et de méthodes agiles. Au cours de cette séance, des agilistes expérimentés ont fait part de leur retour d’expérience : ça m’a vraiment donné envie de m’y mettre.

javacamp4-google-board

JavaCamp4 Board

Un grand nombre des sujets qui me tiennent à cœur comme l’intégration continue, les tests unitaires ou encore l’amélioration continue des processus d’ingénierie logicielle font partie des points mis en avant par les agilistes. A priori, les méthodes agiles et moi, on devrait bien s’entendre 😉

J’ai donc décidé de prendre le taureau par les cornes et de me rendre Lundi 25 et Mardi 26 Mai au XP Day France 2009 afin d’en apprendre un maximum sur les méthodes agiles. Le programme est comment dire … très chargé. Il y aura pas moins de 6 séances concurrentes ! Ça va être encore plus dur de choisir que pour Spring One 2009 😉

XP Day France

J’espère aussi pouvoir confronter mon expérience MDSD avec des agilistes tant je suis convaincu que les deux sont conciliables. Il semblerait que, la plupart du temps, les agilistes ne soient pas fanas des approches Model-Driven. C’est selon moi pour de mauvaises raisons. En effet, le MDSD est bien trop souvent associé au seul langage UML et aux outils “lourds” de génération de code. Or l’ingénierie des modèles, c’est bien plus que ça : il y a plus léger qu’UML et les outils modernes MDSD comme Acceleo et Xtext sont désormais bien plus simples à utiliser qu’il y a 5 ans. Mais c’est une autre histoire et ce post est déjà bien trop long 😉

Advertisements