Tags

, , , , , ,

La fin de semaine dernière a été chargée, j’ai enfin pu prendre un peu de temps pour faire un compte-rendu de l’Eclipse DemoCamp que nous avons organisé Mardi dernier avec Obeo et la fondation Eclipse dans le grand amphithéâtre de l’Epitech:

150 personnes étaient présentes :)

150 personnes étaient présentes

L’évènement as eu pas mal de succès, bon d’accord, il y avait pas mal d’étudiants mais quand même 150 personnes, ça fait plaisir !

Après un démarrage tardif du au déclenchement inopiné d’une alarme incendie dans les locaux de l’Epitech juste avant de démarrer, nous avons pu commencer par un débrief de l’Eclipse Summit Europe. C’est Etienne Juliot, Directeur Commercial d’Obeo et commiteur STP (oui oui, vous avez bien lu, un Directeur Commercial commiteur sur un projet Eclipse !, il fait tout Etienne) avec qui j’ai organisé cet évènement qui nous a rappelé les moments forts de l’Eclipse Summit Europe 2009. J’ai d’ailleurs eu la chance de pouvoir y aller moi-même et je compte écrire un billet sur le sujet dès que je trouve le temps, mais une chose à la fois. J’invite les anglophones à lire le retour d’Ed Merks, leader emblématique du projet EMF sur son blog.

Cédric à droite, Etienne à gauche

Etienne à droite et moi à gauche

Olivier Moïse, créateur et lead du projet Wazaabi a commencé la série de démonstrations en présentant la version 2 de son framework d’IHM déclarative. Cette nouvelle version est une refonte complète de la version précédente. Wazaabi 2 ne dépend plus de XUL, il peut cibler plusieurs moteurs de composants graphiques différents et ajoute le support des modèles dits « live ». Il y a deux modèles, le modèle sémantique qui représente le métier et le modèle visuel qui lui représente les composants graphiques de l’IHM. On parle de modèle « live » car le modèle sémantique est synchronisé en temps réel avec le modèle graphique. C’est-à-dire que toute modification apportée au modèle sémantique est immédiatement impacté sur le modèle graphique qui lui-même impacte les modifications immédiatement à l’écran. La démo d’Olivier était bluffante ! Evidemment l’inverse est vrai, la synchronisation est bidirectionnelle.

Olivier a ensuite parlé de l’intégration de Wazaabi dans Eclipse 4 en tant que framework de rendu de contenu. Wazaabi est en effet parfaitement en harmonie avec la direction prise par E4, c’est-à-dire de représenter le workbench Eclipse par un modèle. Mais E4 s’arrête là où commence Wazaabi. E4 modélise uniquement les éléments structuraux du workbench : la fenêtre globale Eclipse, les menus, les divisions verticales et horizontales, les vues, les perspectives mais ne permet pas de modéliser le contenu des vues. C’est là que Wazaabi prend le relais en permettant précisément de modéliser le contenu des vues, synchronisées en temps réel avec un modèle sémantique. Olivier a fait une démonstration impressionnante de cette intégration à E4 en reprenant l’exemple d’application de gestion de contact du showroom E4.

Olivier présente Wazaabi 2.0

Olivier présente Wazaabi 2.0

C’est ensuite Jonathan Musset, Directeur Technique d’Obeo qui nous a présenté Eclipse Acceleo, la nouvelle version du générateur de code Acceleo, implémentant cette fois-ci le standard de l’OMG : MTL, tout en restant pragmatique et en offrant chaque fois que c’est possible des facilités d’utilisation. Acceleo se veut un remplaçant moderne du vieillissant JET2, qui n’est selon moi plus du tout d’actualité et un concurrent de Xpand, le générateur de code issu de openArchitectureWare, récemment intégré dans les projets Eclipse. J’avais déjà traité en détail les nouveautés de cette nouvelle version à l’occasion de l’Eclipse Acceleo Day à Nantes. Depuis cet article, l’équipe a ajouté quelques nouveautés appréciables. La plus remarquable selon moi est celle qui permet d’initialiser des templates acceleo à partir d’une application blanche. C’est extrêmement pratique pour initialiser rapidement un projet de génération de code. Je n’avais jamais vu cette fonctionnalité dans une solution de génération de code Open Source, seulement dans des solutions commerciales comme IBM RSA ou le feu Compuware OptimalJ.

Jonathan présente Eclipse Acceleo

Jonathan présente Eclipse Acceleo

Comme un Eclipse DemoCamp n’est pas réservé aux projets Open Source, c’est ensuite Etienne qui est passé coté speakers pour présenter Obeo Designer, le produit de création de DSL graphiques. Obeo Designer permet en effet sans taper la moindre ligne de code de créer un modeleur graphique pour un modèle quelconque. J’aime bien prendre l’analogie d’un tableur Excel. Obeo Designer, c’est un peu comme Excel. Dans Excel, la source de donnée, c’est un mélange de lignes et de colonnes. Dans Obeo Designer, la source de donnée, c’est un modèle. Concrètement, au lieu de prendre en entrée des plages de données, Obeo Designer prend un entre des morceaux du modèle obtenus en requêtant le modèle et créer des projections visuelles de ces éléments. Etienne donne plus de détails sur son Blog.

Etienne présente Obeo Designer

Etienne présente Obeo Designer

Laurent Delvaux a ensuite pris la parole pour nous présenter Eclipse BIRT, le framework de reporting officiel Eclipse. Et je dois dire que sa démonstration m’a bluffé, je ne pensais pas que BIRT couvrait autant de cas d’utilisation. J’ai plus l’habitude d’utiliser JasperReports mais BIRT est un concurrent vraiment sérieux.

Laurent Delvaux présente Eclipse BIRT

Laurent Delvaux présente Eclipse BIRT

La première partie de l’Eclipse DemoCamp s’est terminée par un buffet.

Le buffet, heu pardon, les bières ;)

Le buffet, heu pardon, les bières 😉

La 2e partie de l’Eclipse DemoCamp dans un prochain billet avec une grosse surprise, quelqu’un d’inattendu a en effet fait une apparition ! J’écrirais sans doute le 2e billet vendredi car là, je file travailler sur ma présentation de Jeudi au MD Day 2009 🙂

Advertisements