Tags

, , , ,

Agile Tour Lille 2011

Agile Tour Lille 2011

Le 10 Novembre 2010 s’est déroulé l’Agile Tour de Lille avec plus de 150 inscrits au sein d’Euratechnologies, cadre adéquat pour cette journée.

Au programme, pas moins de 3 Tracks, 16 sessions et 4 ateliers pratiques.

Les hostilités sont ouvertes par une courte intervention des organisateurs (Christophe Leroy, Julien Jakubowski, Thomas Clavier, Jérémie Hattat) précisant le déroulement de la journée. Après un rapide mot des sponsors de l’évènement : Octo, Cap Gemini, Efidev et Proxiad, s’en suit une petite nouveauté à l’Agile Tour Lille, le ch’Teaser. Chaque speaker présente sa session pendant 60 secondes afin d’allécher ses futurs auditeurs. C’est une idée très sympa,  certains Teaser sont pleins d’humour, la journée démarre donc sous les meilleurs hospices.

Et c’est parti !

Première session de la journée avec Pourquoi, où et comment les méthodes agile marchent ? par Pascal Van Cauwenberghe.

Pascal Van Cauwenberghe : Pourquoi, où et comment les méthodes agile marchent ?

Pascal Van Cauwenberghe : Pourquoi, où et comment les méthodes agile marchent ?

A travers six éléments essentiels (Théorie des contraintes, Reals options, Définir la valeur économique, Autonomie de l’équipe et du management, Excellence Technique, Systems Thinking), pascal nous guide vers la mise en place d’un environnement de travail agile / lean.

Une présentation intéressante, ponctuée d’histoires belges et donnant quelques recettes pour améliorer l’organisation et la gestion de son projet.

Seconde session de la journée, Optimisation de performances : une expérience agile (ADEO) par Nicolas Debaes

Nicolas Debaes: Optimisation de performances

Nicolas Debaes: Optimisation de performances

Après avoir décrit la mise en oeuvre de ce projet ambitieux étalé sur 4 mois  et composé d’une équipe d’experts, Nicolas nous présente les pratiques agiles qui ont permis à ce projet d’aboutir à un succès. Une présentation agréable, basée sur un sujet dédié à part entière à la performance, ce qui est peu courant.

Pour terminer cette matinée Améliorez votre Kanban ! par Jonathan Scher.

Dans cette session, à partir d’une version basique, Johnathan nous propose 10 étapes pas à pas pour étendre et améliorer notre  dashboard.

Ces différentes étapes (Aucune tâche technique, Petites et priorisées, Définition du fini fini, Bac rouge, Plus de colonnes, Plus de colonnes (encore une fois), Cumulative Flow Diagrams, Limiter l’en-cours, Plusieurs lignes et  Une ligne en Or) débouchent sur un kanban complet ou les informations pertinentes du projet sont rapidement identifiables et accessibles.

Cette session très dynamique permet d’appréhender Kanban et de repartir avec de bonnes pistes pour améliorer le dashboard de mon projet de TMA avec par exemple la ligne en or ou le bac rouge.

Midi déjà, tout le monde se retrouve dans la salle d’accueil pour échanger autour des sessions du matin en grignotant un morceau.

L’après-midi démarre comme le matin, avec les teasers des sessions à venir, là encore le choix est difficile.

Première session de l’après-midi, l’Agilité situationnelle par Claude Aubry.

Claude Aubry : Agilité situationnelle

Claude Aubry : Agilité situationnelle

Claude, au travers de la description de 4 projets nous montre que la plupart des pratiques agiles sont utiles pour les projets mais qu’elles nécessitent parfois des adaptations et que leur mise en oeuvre dépend toujours du contexte.

Session intéressante qui apporte une vision sur le fait que chaque projet a ses propres spécificités, que les pratiques agiles ne s’appliquent pas selon des règles figées dans le marbre et que tout est question de contexte.

S’en suivent 2 ateliers pratiques particulièrement intéressants :

Innovations Games® et Rétrospective par Guillaume Lours

Atelier story map, là où tout commence par Brieuc Le Marec et Olivier Pizzato

On démarre avec Innovations Games et Rétrospective.

Sur la base du livre Innovations Games de Luke HOHMANN, Guillaume nous présente ces jeux qui sont des jeux sérieux (serious games), favorisant la collaboration avec les clients, pour mieux comprendre leurs besoins. Au nombre de 13, ces jeux ont chacun un but précis: identifier les fonctionnalités les plus funs d’un produit, connaître la définition du succès de votre produit pour vos clients ou encore comprendre quand et comment votre produit est utilisé.

Guillaume nous propose ensuite de mettre en œuvre le jeu Speed Boat. Celui-ci a pour but de mettre en avant ce que les clients aiment ou n’aiment pas dans le produit. Le sujet pour ce Speed Boat est bien sûr l’Agile Tour Lille 2011. Deux équipes sont alors composées et quelques secondes plus tard, deux magnifiques bateaux émergent sur les tableaux blancs.

Première étape, recenser les aspects négatifs du produit. Ceux ci seront matérialisés par des ancres freinant le bateau. Puis identifier les points positifs matérialisés par des moteurs qui permettent au bateau d’avancer. Seconde étape, tenter de regrouper les ancres qui peuvent l’être et pour chacune d’elle définir une sévérité et une priorité pour la solutionner. A l’issue de l’exercice, les résultats sont analysés et présentés à tous.

C’est un exercice vraiment intéressant, il permet en moins d’une heure d’avoir un retour clair sur la vision que les participants ont du produit. Il permettra de déterminer et prioriser les futures actions à mettre en œuvre sur le projet.


SpeedBoat AT Lille 2011

SpeedBoat Agile Tour Lille 2011


2ème atelier de l’après-midi: Story Map, là où tout commence

La session démarre par une présentation de l’atelier et de ce qu’est une story map.

La story map d’un produit est la représentation sous forme de carte de l’ensemble des fonctionnalités du produit.

Quelques volontaires présentent une idée de produit pour lesquels une story map sera construite durant l’atelier. Après que chacun ai choisit le produit sur lequel il veut travailler, l’exercice démarre.

La création de la story map se fait par étapes. D’abord le sponsor partage sa vision du produit, puis tous les acteurs qui interagissent sur le produit sont identifiés. On passe ensuite à l’étape identification des activités en rapport avec le produit. Enfin il faut déterminer l’ensemble des cas d’utilisation du produit pour chacune des activités des acteurs, puis les prioriser (indispensable, fonctionnalité de ‘luxe’, etc …). Au fur et à mesure, les étapes s’enrichissent mutuellement.

A l’issue de l’exercice une revue complète de l’ensemble est effectuée afin de vérifier la bonne compréhension de chacun et d’identifier le chemin critique.

S’en suit un débat intéressant sur l’apport de cet atelier, la manière de le mener et qui doit y participer. Au final, cet exercice permet en très peu de temps d’avoir une idée assez précise des fonctionnalités que devra proposer le produit et de leur importance.

La fin de cet Agile Tour 2011 approche, Laurent Bossavit se charge de la keynote de clôture. Il nous emmène dans le futur tenter de découvrir l’avenir de l’agile et nous parle de la difficulté de faire de bonnes prévisions.

La journée se termine comme il se doit dans le nord autour d’une bière (ou deux) et de quelques petits fours.

Ce fut une journée bien remplie. Grâce à une organisation sans faille, une  infrastructure adaptée et des sessions et speakers des plus intéressants. L’agile tour fut pour moi une journée passionnante. Je quitte Euratechnologie enchanté par les sessions auxquelles j’ai participé, ravi d’avoir rencontré des personnes enthousiastes, pointues et motivées. Je repars en prime avec un bon lot d’idées à mettre en œuvre sur mes projets.

Un grand merci donc aux organisateurs, sponsors et speakers !

PS : Les sessions magistrales seront accessibles prochainement en vidéos, stay tuned 🙂

Advertisements